Sélectionner une page

Mis au point et formalisé dans le secteur militaire dans les années 1990, le TCO (Total Cost of Ownership ou Coût Total d’Acquisition) est aujourd’hui intégré par la plupart des grandes entreprises pour évaluer la pertinence et les conséquences à long terme de leurs achats. En quoi consiste le TCO ? Comment le calculer ? Quels sont ses bénéfices ? Explications.

Définition du TCO

Le total cost of ownership (ou coût total d’acquisition en français), est une méthode de calcul révélant le coût global d’un produit ou d’un service tout au long de sa durée de vie. En plus de prendre en compte le prix d’achat (qu’on définit comme le coût direct), le TCO intègre également les coûts indirects liés à l’utilisation du bien ou du service.

Selon la définition de Bill Kirwin, analyste et créateur du concept de TCO, le total cost of ownership est le « coût total d’acquisition, d’utilisation, de gestion et de retrait d’un actif sur l’ensemble de son cycle de vie ».

Le TCO permet donc de visualiser le coût véritable et total qu’implique l’acquisition d’un bien ou d’un service. Le seul prix d’achat est en effet loin de représenter l’ensemble des dépenses qui découlent d’une acquisition. Tout achat implique aussi des coûts indirects, qu’on appelle aussi des coûts cachés, et qui interviennent tout au long de la durée de vie du bien ou de la prestation de service.

Le calcul du TCO

Il n’existe pas de méthode unique pour calculer le TCO d’un produit ou d’un service. Les modèles de calcul varient en effet selon les catégories de biens et de prestations concernées, qui n’impliquent pas les mêmes types de coûts indirects. Les coûts cachés d’un système informatique seront différents de ceux d’une flotte automobile par exemple.

Pour calculer le coût total d’acquisition d’un produit ou d’une prestation de service, il est nécessaire d’élaborer en amont une méthode prenant en compte les spécificités du bien et qui corresponde au secteur d’activité concerné.

De manière générale, le TCO inclut 8 grands types de coûts à prendre en compte :

  • Le prix d’achat
  • Le coût induit (emballage, transport, frais de douane…)
  • Le coût d’acquisition (salaires du service achat…)
  • Le coût de possession (gestion des stocks…)
  • Le coût de maintenance (entretien…)
  • Le coût d’utilisation (exploitation du bien, fonctionnement des services associés…)
  • Le coût de non qualité (respect des délais, traitement de la non-conformité…)
  • Le coût de retrait (revente, destruction, recyclage…)

Les bénéfices du TCO

La prise en compte du TCO dans la stratégie achats globale de l’entreprise offre de multiples avantages. Cette stratégie est l’une des plus performantes pour créer de la valeur, selon les décideurs achats de 32 % des entreprises.

Le calcul du coût total d’acquisition des biens et services au sein d’une entreprise permet notamment d’optimiser les coûts (directs ou indirects) en ayant une vision globale de leur impact sur la fiscalité de la compagnie, de négocier de façon plus appuyée avec les fournisseurs, d’aider à la prise de décision (outsourcing, internalisation…), de mieux évaluer le retour sur investissement (ROI) et le retour sur temps d’investissement (ROTI), et plus globalement d’améliorer la performance financière de l’entreprise sur le long terme.