Sélectionner une page

Le secteur de l’emballage est très actif en France. Si en France l’industrie de l’emballage fait un chiffre d’affaires d’environ 35 milliards d’euros, ces valeurs peuvent atteindre les 900 milliards d’euros dans le monde entier. Le conditionnement à façon occupe une place de choix dans ce secteur. En effet, il s’agit de s’adapter au produit, de lui offrir la meilleure protection et de le mettre en valeur. L’industrie de l’emballage dessert tous les marchés que l’alimentaire (70 %), la pharmaceutique et la cosmétique (13 %), l’industrie chimique ainsi que plusieurs autres domaines industriels.

 

Emballage et conditionnement : quelles différences ?

Plusieurs personnes utilisent souvent de manière interchangeable ces deux expressions. Pourtant il peut bien exister quelques petites nuances entre le conditionnement et l’emballage. L’objectif principal de l’emballage est d’assurer la protection de l’article en l’occurrence contre divers facteurs extérieurs. Aussi l’emballage d’un produit permet-il une meilleure conduite des actions logistiques que ce soit sa manutention, son transport ou encore son stockage et ce, dans les meilleures conditions possibles.

 

Le conditionnement à façon consiste à remplir de façon optimale un produit dans un emballage. Parce qu’il est capital de respecter les propriétés des produits, la qualité du contenant et la règlementation ; le conditionnement à façon est une étape stratégique. Le principe tourne autour de la flexibilité et l’adaptabilité.

 

Assurer une utilisation optimale du produit

Assurer la protection de l’utilisateur principalement contre les risques chimiques liés à l’emploi du produit Faciliter les diverses tâches logistiques du stockage au transport en passant par la maintenance Indiquer au public diverses informations relatives au produit tels que son volume, sa densité, son poids, sa composition, la date d’expiration ainsi que diverses autres instructions d’utilisations.

 

Quelles sont les différentes catégories d’emballage ?

Il existe trois types d’emballage : l’emballage primaire, l’emballage secondaire et l’emballage tertiaire. L’emballage primaire, l’élément directement en contact avec l’article. Selon la composition du produit et plusieurs autres facteurs, on peut opter pour du plastique, du verre, du bois ou encore du métal.

 

L’emballage primaire peut être appelé aussi contenant ou conditionnement.

L’emballage secondaire est généralement le premier emballage en contact avec le client détaillant. C’est aussi l’emballage du produit conditionné. Il peut être en boîte ou encore en carton. L’emballage tertiaire sert principalement au transport et à l’entreposage des articles. Il peut s’agir de palettes ou de palbox

 

Conditionner un produit : que considérer ?

 

Au regard de l’importance du conditionnement, les entreprises doivent miser sur sa qualité. Réussir le conditionnement passe par la prise en compte de quelques facteurs la fabrication, la logistique et le marketing.

 

La fabrication

En France, les matériaux les plus utilisés pour le conditionnement sont le plastique (33 %), le carton ou papier (31 %), le métal (14 %) et enfin le verre et le bois. Dans tous les cas, le matériau choisi doit répondre aux normes réglementaires. De plus, vous devrez tenir compte de vos besoins en termes de conditionnements en sorte de garantir l’adéquation de vos emballages avec les équipements de la ligne de production. Ainsi, à la conception d’un emballage, tenir compte de la flexibilité, du stockage et du transport, de la facilité d’usage mais aussi de l’attrait pour le client.

Le marché de l’emballage ne cesse de se développer afin d’allier légèreté et performance tout en réduisant les coûts de transport. Il est donc capital de suivre l’évolution du secteur afin d’être au parfum des plus récentes évolutions.

 

La logistique

Tout aussi important que la conception proprement dite du produit, son stockage et sa distribution ne sont pas à négliger. Les premiers critères à considérer dans ce sens sont entre autres la température, l’humidité, les vibrations et la poussière. Lorsque l’étiquetage de l’emballage est réussi, il est plus facile de l’acheminer de l’usine au point de vente, le stocker et réduire le gaspillage.

 

Le marketing

Sur les différents points de vente, l’acheteur est attiré avant tout par l’emballage de votre produit. Il y trouve diverses informations relatives à l’article, ce qui le poussera à acheter ou non ce dernier. Les statistiques montrent que l’emballage motive 64 % des consommateurs à essayer un nouveau produit. D’un autre côté, 41 % des consommateurs continuent d’acheter un produit parce qu’ils en apprécient l’emballage. Le client est à la recherche d’un produit pratique, facile à ouvrir, attrayant et respectueux de l’environnement. C’est pourquoi il faudrait bien faire les choses en consacrant le temps et les efforts nécessaires.

 

L’emballage et le respect de l’environnement

Les entreprises du XXIe siècle mettent principalement l’accent sur le recyclage. Les différents intervenants dans la conception d’un produit doivent néanmoins chercher le juste milieu entre les impératifs environnementaux et commerciaux. En d’autres termes, la réduction des emballages pourrait bien vous aider dans vos objectifs environnementaux mais cela pourrait également jouer sur la sécurité des produits. De même, en augmentant les emballages dans un but sécuritaire, cela pourrait ne pas vous aider dans vos objectifs de développement durable.

Lorsque votre emballage est recyclable ou réutilisable, cela pourrait être un critère décisif pour que le client achète votre produit au lieu d’un produit concurrent. Vous pouvez envisager autant de moyens pour différencier votre marque. Il vous faut être créatif dans vos choix. La prise en compte écologique incite les industriels à innover. En tant que conditionneur à façon, Etraves est à vos côtés pour répondre au mieux à ces critères.