vienne-logo

Affichage dynamique: 7 erreurs à ne pas commettre!

 

 

L’affichage dynamique est un outil facilitant l’échange d’informations sur un écran, de manière animée, pour captiver une audience ciblée. L’affichage digital peut se trouver au travail, au supermarché, dans les rues et à la salle de sport. Vu les différents objectifs de chaque entreprise, il en existe trois types : le Point Of Sale (POS) utilisé dans le marketing et le commercial, le Point Of Transit (POT) placé dans les lieux de passage et le Point Of Wait (POW) employé pour informer avec plus d’attente.

 

1ère erreur : la limitation d’espace de communication

 

Ne vous contentez pas d’un simple affichage statique ! L’affichage dynamique offre de nombreuses possibilités en matière de textes et de visuels pouvant être des images, des vidéos ou des animations. Les modes de communication sont tellement vastes. Il faut juste savoir les utiliser à bon escient pour éviter de trop s’éparpiller. Créez des affiches ludiques et positives ! Cette perspective d’affichage ne requiert pas une grande compétence en graphisme parce qu’il suffit d’importer des contenus et d’obtenir un média clair et concis.

 

2ème erreur : la diffusion désorganisée des contenus

 

Ne définissez pas vos diffusions sans chronologie ! Le message que vous voulez transmettre n’aura aucune suite logique, ce qui mettrait dans l’embarras le lecteur. Le risque, c’est de perdre des clients ou de générer une mauvaise organisation dans votre société. Ayez donc l’habitude de planifier vos diffusions ! Avec l’aide des fonctionnalités sur les notions de répétition, de récurrence et de périodicité, ce sera un jeu d’enfant. Toutes sont programmables selon votre stratégie de communication. N’oubliez pas seulement de déterminer la périodicité et la mise à jour de la communication !

 

3ème erreur : les configurations non dirigées des multiflux

 

La gestion des flux devient plus complexe quand le nombre d’écrans se multiplie. La plupart du temps les contenus divergent d’un écran à l’autre ou ils sont diffusés sur plusieurs sites simultanément. C’est tout de même possible si les outils de pilotage sont employés convenablement. Grâce aux outils d’affichage dynamique, le nombre d’écrans n’est pas un frein au contrôle et à la synchronisation distanciés des écrans groupés.

 

4ème erreur : la négligence de l’outil de communication

 

Ne pensez pas que cet outil soit un objet de décoration, il a un rôle fondamental dans :

 

Le renforcement de la communication interne et externe

Dans le milieu du travail, l’affichage dynamique envoie des messages perspicaces animant la vie de l’entreprise.

 

Le développement des ventes

Cet affichage a aussi la particularité de multiplier les ventes. À la diffusion d’un message promotionnaire ou d’offres spéciales, un client peut décider d’acheter un produit. La visibilité de votre entreprise s’accroît ainsi que la participation active du client.

 

Le divertissement

Ce rôle est souvent assuré dans les salles de sport, les bars et les restaurants.

 

5ème erreur : le choix aléatoire du logiciel d’affichage

 

Un bon choix permet de rentabiliser un projet. Sélectionnez alors le bon logiciel ! Pour qu’un logiciel soit géré à distance, deux options vous sont proposées :

  • le logiciel en mode Saas

Disponible en ligne sans aucune installation, vous pouvez y accéder à distance sur un réseau et avec le navigateur de votre choix. L’accès est validé par un abonnement mensuel.

  • le logiciel en mode On Premise

Il est présent dans le réseau de l’entreprise. Cette option est adaptée quand des besoins spécifiques sont prévus. L’accès à ce service se paie en une seule fois.

 

6ème erreur : le choix de matériels inappropriés

 

Si vous choisissez des matériels qui ne correspondent à ce que vous voulez, vous risquez d’endommager tout votre réseau. La liste de matériels se présente comme suit :

  • un ou plusieurs écrans (écran LED, LCD, enseigne, mur et panneaux LED, totems, écrans tactiles, tablettes) ;
  • logiciel de gestion de contenu multimédia ;
  • un player, client léger ou client zéro par écran ;
  • un serveur (pour architecture on-premise) ;
  • une installation réseau : LAN/ Wi-Fi (Switch et routeurs) ;
  • des accessoires (fixations murales et câbles).

7ème erreur : l’emplacement non réfléchi

 

Ne le mettez pas à l’entrée de votre magasin ! C’est mieux de le placer dans des lieux stratégiques telle une devanture, derrière les comptoirs de caisse, dans les salles d’attente. La lecture de l’écran est optimale.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à la newsletter