vienne-logo

Comment choisir la bonne source de financement pour votre petite entreprise ?

Facteurs pris en compte pour choisir la bonne source de financement : coût du financement, risque attaché, dilution du contrôle et flexibilité du remboursement. La comparaison de diverses alternatives et leur évaluation sur la base de ces facteurs cruciaux aident à construire une structure de capital optimale pour l’entreprise. Dans le scénario actuel, l’entreprise opère dans un environnement dynamique. La prise de décision joue un rôle important, surtout lorsque ces décisions concernent l’approvisionnement et l’utilisation des finances, qui sont l’élément vital de toute organisation. Une gestion financière efficace fait appel à différents types de prise de décision. Une décision majeure pour toute organisation est de décider des sources d’approvisionnement en fonds. En gros, la catégorie de financement disponible pour toute entreprise est la dette et les capitaux propres. La proportion de ces deux types de financement détermine la structure du capital d’une entreprise. En prenant une telle décision, il faut s’assurer qu’elle convient aux conditions de l’entreprise. L’objectif principal derrière la décision sur les sources de financement est de construire une structure de capital qui optimise la valeur de l’entreprise. En général, les entreprises utilisent une combinaison de différentes sources de financement. Avant de décider de la combinaison à utiliser pour lever des fonds, il est très important de connaître ces sources.

 

Financement par actions

 

Il donne le droit de propriété, mais est aussi appelé capital-risque (du point de vue des actionnaires, car il n’offre pas le rendement garanti à un investisseur). Les actionnaires ont un droit résiduel sur les revenus et les actifs de l’entreprise. En raison du risque élevé, l’attente de rendement de l’entreprise par les investisseurs est également élevée. Les grandes entreprises ou les entreprises établies empruntent généralement la voie de l’introduction en bourse (IPO), le marché primaire du financement par actions. Cependant, les entreprises privées ou les nouvelles entreprises prennent la voie du capital-investissement ou du capital-risque. À part le capital social, la partie restante des fonds propres est constituée par les réserves. Une entreprise peut aussi dépendre de ces réserves pour se financer. Les bénéfices non distribués sont les bénéfices nets cumulés d’une société depuis sa création, moins le dividende versé et les prélèvements effectués. En outre, à l’avenir, un quantum de cette réserve dépend des décisions futures en matière de dividendes.

 

Financement hybride

 

Les options telles que les actions préférentielles sont classées dans le financement hybride, qui présente les caractéristiques à la fois des capitaux propres et des dettes. Néanmoins, ce type de financement n’est pas très populaire auprès des entreprises.

 

Financement par emprunt

 

Il peut être levé à l’aide de :

  • prêt à terme : il s’agit d’emprunts garantis auprès de banques et d’autres institutions financières ;
  • capital obligataire : il s’agit de titres de créance garantis et ils comportent une obligation fixe de remboursement des intérêts et du capital aux détenteurs d’obligations ;
  • crédit différé : généralement, il est fourni par le fournisseur d’usine et de machines, le vendeur de matières premières etc, en reportant le paiement ;
  • sources incitatives : soutien financier fourni par le gouvernement et ses agences ;
  • sources diverses : les options autres que celles mentionnées ci-dessus comme les prêts non garantis, les dépôts publics, le crédit-bail et la location-vente sont classés sous cette rubrique.

 

Facteurs de détermination de la bonne source de financement

 

Lors de la sélection des sources de financement pour l’entreprise, des facteurs comme le coût, le risque, le contrôle et la flexibilité doivent être pris en considération.

 

Coût du financement

Toute source de financement entraîne un certain coût, connu sous le nom de coût du capital. Si nous parlons de financement par emprunt, outre les attentes des prêteurs, l’avantage de la déductibilité fiscale réduit indirectement le coût de la dette. Le taux d’intérêt ou taux nominal est le coût payé par l’entreprise pour l’utilisation du capital d’emprunt. Lorsque les coûts de deux sources larges sont comparés, la dette s’avère être une source de financement moins chère, puisque les charges financières de la dette sont une dépense déductible fiscalement alors que le dividende ne l’est pas

 

Risques associés à la source de financement

Une entreprise est exposée à différents types de risques. Ces risques doivent être pris en compte lors du choix de la source de financement. Par exemple : au cas où, une entreprise s’appuie principalement sur le financement par la dette, ainsi on dit qu’elle est fortement endettée, car elle supporte le risque financier élevé. En effet, si les remboursements de la dette ne sont pas effectués à temps, cela peut entraîner des poursuites judiciaires et il y a donc un risque de faillite. Un effet de levier financier élevé affecte également le bénéfice par action. En conséquence pour décider d’une structure de capital optimale, une entreprise devrait analyser le degré d’effet de levier qu’elle peut tolérer.

 

Dilution du contrôle et de la gestion

Le contrôle et la gestion dans les mains du propriétaire se diluent avec de plus en plus de capitaux propres introduits de l’extérieur de l’entreprise. Les promoteurs ou les propriétaires qui ne veulent pas perdre le contrôle d’une entreprise et préfèrent garder les principales décisions entre leurs mains n’envisageront le financement par capitaux propres que jusqu’à un certain niveau.

 

Flexibilité en matière de remboursement

Il joue un rôle important dans la décision de la structure du capital. Une entreprise fonctionne aujourd’hui dans un environnement commercial dynamique. Elle doit être capable de répondre à des chocs soudains sur ses flux de trésorerie. Une entreprise fortement endettée peut être confrontée à une pénurie de liquidités dans des conditions défavorables, ce qui peut l’amener à vendre des actifs, etc. pour générer des liquidités. Aussi, dans des cas extrêmes, une entreprise peut être amenée à prendre une mesure de restructuration du capital, voire de liquidation dans le pire des cas.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Sommaire