Perturbations numériques dans la banque d’investissement : Six changements à venir

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

 

 

Jusqu’à présent, les banques d’investissement ont été inégales dans leur réponse globale aux perturbations apportées par les technologies numériques. L’ère numérique n’attend cependant personne. Nous voyons des thèmes clés prendre forme dans le secteur des banques d’investissement, et ils sont tous motivés par la perturbation numérique.

L’effet de la disruption numérique sur la banque d’investissement

Nous avons identifié six thèmes clés, qui devraient être des forces motrices dans la perturbation numérique à venir des banques d’investissement :

 

Les clients s’attendront à une expérience client unifiée sur l’ensemble des canaux, même au-delà des portails actuels à courtier unique et à service complet fournis par les banques d’investissement. 

Les banques d’investissement doivent réfléchir à leurs portails actuels pour clients institutionnels, mais aussi développer des stratégies à long terme qui incluent des portails multi-banques. Les banques devront se différencier en fonction des produits, des relations avec les clients et de la capacité à fournir le coût le plus bas, le cas échéant. 

 

L’augmentation de la transparence des données pour les clients réduira le besoin d’intermédiation, permettra un libre-service supplémentaire et comprimera davantage la tarification et les marges bénéficiaires.

Pour y répondre, les banques d’investissement devront réduire considérablement les coûts associés à l’intermédiation et « numériser » leurs activités afin de traiter des volumes plus élevés et une plus grande fréquence des transactions. Elles devront agréger et utiliser les données de transaction qu’elles voient et créent, et fixer dynamiquement les prix et répondre aux mouvements du marché. 

 

Les parties prenantes recevront des informations beaucoup plus rapidement, au point de soutenir la prise de décision de gestion en temps réel et le contrôle de la conformité. 

Pour accéder aux données, les intégrer et les analyser en temps réel, les banques doivent d’abord s’attaquer aux problèmes permanents liés à la manière dont les données sont actuellement gérées. 

 

La demande accrue de services en déplacement poussera à s’éloigner de l’environnement traditionnel  » intra-muros  » de la banque d’investissement. 

Les banques d’investissement devraient réfléchir à la manière dont les solutions numériques pourraient virtualiser l’ensemble du processus de gestion des transactions de bout en bout, en utilisant peut-être un portail Web pour réunir une équipe virtuelle issue de plusieurs secteurs de l’organisation. Les banques qui exploitent ces technologies, comme le mobile, doivent les tester, développer des  » preuves de concept  » et mettre en œuvre l’infrastructure, les processus et les règles de soutien nécessaires. 

 

Le cycle de vie du commerce sera réparti entre les meilleurs fournisseurs de la catégorie. 

La normalisation des modèles de données et des procédures et l’introduction de technologies numériques qui permettent la connectivité, les flux de travail et la transparence au sein du cycle de vie des transactions donnent aux banques la possibilité de répartir les fonctions de la composante commerciale entre les fournisseurs. Le moment est venu pour les banques d’évaluer chaque élément du cycle de vie du trading et de réfléchir à la manière de le fournir aux clients de la manière la plus rentable, efficace et à valeur ajoutée. 

 

Des parties du modèle économique traditionnel de la banque d’investissement seront menacées par des acteurs plus petits et de niche. 

Les technologies numériques apporteront des opportunités pour les perturbateurs de ne plus être intermédiaires des divers services de banque d’investissement, en créant la transparence, en agrégeant les données et les transactions, et en diminuant les avantages d’échelle. Les banques d’investissement devront s’assurer que leur intermédiation apporte une valeur suffisante à leurs clients.