vienne-logo

Les données de référence dans la banque d’investissement

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

 

 

Soixante-dix pour cent des banques d’investissement citent la qualité des données comme leur plus gros problème au quotidien, 59 % comprennent le problème mais ne peuvent pas en quantifier le coût, et à peine 11 % mesurent activement le coût des mauvaises données. 

 

Ce ne sont là que quelques-unes des principales conclusions d’une étude récente menée par Accenture et Greenwich Associates auprès de 133 professionnels des secteurs de l’achat et de la vente. 

 

En bref : les entreprises savent qu’il y a un problème, mais beaucoup d’entre elles n’ont pas vraiment conscience de la manière ou de l’ampleur dont la qualité des données affecte réellement leur activité.

 

Pour autant, la demande de données de référence continue de croître, aggravant le risque. Le marché a atteint 3 milliards d’euros en 2015, selon les estimations de Douglas B. Taylor de Burton-Taylor International Consulting LLC, et a un taux de croissance annuel composé attendu sur cinq ans de 9 %. Plus d’un tiers des répondants à notre enquête prévoient une augmentation de leurs coûts de données et de traitement. 

 

En outre, nos recherches suggèrent que pour chaque euro dépensé pour la saisie de données de référence, deux autres euros sont dépensés pour le nettoyage, la réconciliation et l’informatique.

Alors, quelle est la solution ? Lisez cet article pour en apprendre plus sur les données de référence dans la banque d’investissement.

 

À peine 17 % des répondants à notre enquête ont déclaré développer leurs stratégies de gestion des données directement en réponse aux besoins de leur entreprise. Beaucoup abordent la qualité des données comme un problème informatique ou opérationnel, plutôt que comme une opportunité à l’échelle de l’entreprise ayant des impacts considérables. 

 

Les banques d’investissement peuvent prendre trois mesures pour commencer à changer leur point de vue :

 

Créer de l’espace pour un responsable des données.

 

La plupart des entreprises disposent déjà d’un responsable des données mais leur rôle et leur autorité ne sont pas toujours bien définis en dehors de la hiérarchie informatique. Donnez à votre responsable des données le contrôle de l’ensemble du cycle de vie des données, un mandat clair, un budget dédié et le soutien direct de la haute direction, y compris de votre responsable des données.

 

Traiter les données comme un actif.

 

Développez une stratégie de données de référence qui répond à vos défis commerciaux uniques et qui peut évoluer en fonction des besoins changeants de votre organisation. En considérant les données comme un actif et non comme un passif, les banques d’investissement peuvent identifier de nouvelles façons de créer de la valeur dans l’ensemble de l’organisation, des idées et des initiatives qui peuvent être défendues par les responsables des données.

 

Tirez parti de l’analytique et de la robotique.

 

Veillez à utiliser les outils à votre disposition. L’analytique peut aider votre responsable des données à comprendre la relation de votre organisation avec les données de référence, notamment quels processus utilisent quelles données, qui achète les données et auprès de qui et où se trouvent les goulots d’étranglement du traitement. 

 

L’automatisation des processus robotiques peut contribuer à éliminer l’erreur humaine et à réduire les coûts de traitement de manière très évolutive et très flexible.

 

Changer la façon dont votre entreprise voit et gère les données de référence n’est pas une mince affaire, mais cela peut avoir des impacts significatifs sur vos lignes supérieures et inférieures. À un certain point, vous devez vous demander si le coût des mauvaises données n’est pas plus important que le prix du changement.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à la newsletter