vienne-logo

Gérer une entreprise familiale de divertissement à domicile

 

Découvrez comment ce couple marié gère une société de production prospère depuis son domicile.

 

Dites-nous un peu de vous et de votre parcours entrepreneurial

Je suis un juif orthodoxe, mais mes parents m’ont élevé en pratiquant le bouddhisme Nichiren et les cérémonies amérindiennes. Une partie du bouddhisme Nichiren consiste à aller dans la rue et à en parler aux gens – à évangéliser. C’était ma première expérience de la vente. Mes deux parents ont leur propre entreprise. C’est juste ce que je suis et comment j’ai été élevé. Mon père dit toujours :  » Tu ne seras jamais au chômage si tu crées ta propre entreprise. « 

 

Que faisiez-vous avant de lancer votre entreprise familiale de divertissement ?

J’étais chargée de clientèle et recruteur juridique avant de rencontrer mon mari, qui réalise des vidéos. Je m’occupe du marketing pour sa production vidéo.

 

Comment avez-vous financé votre entreprise ?

Nous avons travaillé lentement sans emprunter d’argent. Nous avons juste travaillé avec ce que nous avions. Avec un appareil photo bon marché et un Macbook, et le reste était de la créativité.

 

Combien d’heures travaillez-vous par semaine et combien d’heures sont passées dans votre bureau à domicile ?

Mes enfants sont au camp, à la garderie ou à l’école environ six heures par jour, mais je ne travaille probablement qu’environ quatre de ces heures. Le reste du temps, je fais de la musculation ou je fais les courses. Je suis capable de faire cela parce que j’ai eu la chance d’avoir d’excellents assistants virtuels. Je leur délègue de nombreuses tâches.

 

Comment évaluez-vous votre réussite ?

Je crois à la maxime  » Lent et régulier gagne la course « . Nous sommes en activité depuis presque six ans maintenant et chaque année, nous atteignons de nouveaux sommets. Notre dernier projet, est un court métrage. Auparavant, nous avons surtout réalisé des courtes publicités, des clips musicaux et des vidéos promotionnelles. À chaque étape, nous atteignons de nouveaux objectifs, et c’est ainsi que j’évalue notre réussite.

 

Quel a été votre plus grand combat commercial en tant qu’entrepreneur ?

Rien ne se passe jamais exactement comme on le souhaiterait en tant qu’entrepreneur. Une autre maxime de mon père est : « L’argent vient des gens ». Et les gens font des erreurs, ont des habitudes ennuyeuses, moi y compris bien sûr et une mauvaise communication peut être le plus grand détriment d’une entreprise.

 

Quel conseil donneriez-vous à un nouvel entrepreneur ?

La peur, c’est la foi dans le mal. (Je cite mon père à gauche et à droite ici !) Lancez-vous, même si vous devez le faire seul. Mais seulement si vous avez la discipline de vous asseoir et de faire ça tous les jours, même si vous détestez ça, même si ça fait mal, et même s’il n’y a rien dans le pipeline.

 

Comment gérez-vous toutes vos activités personnelles et professionnelles ?

J’utilise Google calendar et je fais un code couleur pour les différentes catégories d’événements. Normalement, après avoir amené mes enfants au camp ou à l’école et à la garderie, je fais de l’exercice, je me douche et me change, puis je vais au Starbucks pour utiliser leur wi-fi et siroter un latte de soja. C’est là que je fais mon travail. La maison est toujours en désordre, donc toute baby-sitter que j’engage doit aussi faire le ménage !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à la newsletter